Les royaumes combattants

… de Jean-François Susbielle paru chez First Editions

En quelques mots :

Sept royaumes se partagent le monde.

Pour quatre d’entre eux, la mondialisation capitaliste ne présente que des avantages. Car c’est écrit, dans 10 ans, 15 ans tout au plus, la Chine, l’Inde, mais aussi le Brésil et la Russie domineront le monde de leur puissance financière, industrielle, technologique et militaire.

Le temps joue irrésistiblement en faveur des royaumes émergeants. La Chine et l’Inde n’ont besoin que d’une décennie supplémentaire de paix et de stabilité pour que s’accomplisse leur destin.

En revanche, pour les USA et leurs alliés européens ou japonais, le temps est devenu un ennemi mortel, synonyme d’affaiblissement et de déclin. Le compte à rebours a commencé.

Pour survivre dans un monde en mutation accélérée, l’Amérique doit impérativement rompre le statu quo que lui imposent ses rivaux. Forte de sa seule supériorité militaire, elle s’est mise à fabriquer du désordre : Kosovo, Afghanistan, Irak, Iran… Un désordre qui lui permet de garder la main et de se préparer pour les échéances à venir.

En 2001, le monde est entré dans l’ère des « royaumes combattants ». 
À la tête de « l’Occident chrétien », les États-Unis mettent sur pied une alliance planétaire avec un Japon qui entend conserver sa suprématie en Asie de l’Est. L’Inde se rapproche des USA pour faire contrepoids à la Chine, alors que la Russie et le Brésil sont en embuscade. Quant à l’Europe, royaume virtuel à la souveraineté limitée, son destin ne lui appartient déjà plus.

La crise financière qui s’annonce sera, dit-on, la plus grave depuis celle de 1929 qui précéda le second conflit mondial. L’engrenage qui, de la dépression conduit au protectionnisme et à la guerre, est hélas bien connu. 
Alors, 2008 sera-t-elle l’année charnière qui verra se fissurer le fragile équilibre de la mondialisation ?

Jean-François Susbielle expert en géopolitique et consultant stratégique auprès de grands groupes, est l’un des meilleurs spécialistes de la vie internationale. Fin connaisseur de l’Asie, il observe depuis plus de 20 ans l’émergence de la Chine et de l’Inde, et ses conséquences pour l’équilibre du monde. Après Chine-USA : la guerre programmée et La Morsure du dragon, son nouvel essai de géopolitique propose une analyse originale et sans concession de la situation de la planète.


Le grand gaspillage

…de Jacques Marseille paru chez Plon

En quelques mots :

De 600 à 700 milliards de francs, c’est l’économie que ferait le contribuable si la France était aussi attentive à ses dépenses que ses partenaires européens. De 600 à 700 milliards, soit deux fois le montant de l’impôt sur le revenu des personnes physiques !

Traquer les dépenses inutiles, demander des comptes à l’administration, rompre avec la logique du « toujours plus », voilà le premier objectif de Jacques Marseille.

Savoir si les gouvernements pourraient faire mieux en dépensant moins pour réduire de manière sensible le poids des prélèvements obligatoires, tel est le principal objet de ce livre qui révèle aux citoyens ce que savent tous ceux qui connaissent et avouent l’ampleur des gaspillages.

Examinant un à un les grands postes de la dépense publique, de la culture à la santé, de l’éducation à l’administration territoriale, de la protection sociale à la défense et à la sécurité, l’auteur a voulu vérifier si les Français « en avaient pour leur argent ».

  • Les 400 milliards dépensés pour l’éducation ont-ils réduit la fracture scolaire ?
  • Les 800 milliards consacrés à la santé ont-ils bénéficié équitablement à tous ?
  • Les 370 milliards de l’emploi et de la solidarité ont-ils allégé le poids du chômage et de la pauvreté ?

Ce livre, qui n’est pas un pamphlet contre les fonctionnaires, se veut une mise au net des comptes de l’Etat et, surtout, un acte de morale civique et de solidarité à l’heure où la maîtrise des dépenses publiques est indispensable pour ne pas imposer une dette insupportable aux générations futures.

Jacques Marseille , professeur à la Sorbonne, a publié notamment une « Nouvelle histoire de la France » qui fait autorité, et des essais décapants, comme « C’est beau, la France » ou « Lettre ouverte aux Français qui s’enrichissent en dormant… »


Le capitalisme total

… de Jean Peyrelevade paru chez Seuil

En quelques mots :

Le capitalisme moderne est organisé comme une gigantesque société anonyme. A la base, trois cents millions d’actionnaires contrôlent la quasi-totalité de la capitalisation boursière mondiale.

Souvent d’âge mûr, de formation supérieure, avec un niveau de revenus relativement élevé, ils confient la moitié de leur avoirs financiers à quelques dizaines de milliers de gestionnaires pour compte de tiers dont le seul but est d’enrichir leurs mandants. Les techniques pour y parvenir s’appuient sur les règles du « gouvernement d’entreprise » et conduisent à des exigences de rentabilité excessives. Elles transforment les chefs d’entreprise en serviteurs zélés, voir en esclaves dorés des actionnaires, et polluent de pure cupidité la légitime volonté d’entreprendre.

Ainsi le capitalisme n’est pas seulement le modèle unique d’organisation de la vie économique mondiale : il est devenu « total » au sens où il règne sans partage ni contre-pouvoir sur le monde et ses richesses

Jean Peyrelevade a été directeur-adjoint du cabinet de Pierre Mauroy (1981-1983). Il a ensuite présidé certaines des plus grandes institutions financières de notre pays (Suez, UAP, Crédit Lyonnais). Longtemps professeur d’économie à l’école polytechnique, il a écrit plusieurs ouvrages sur l’évolution du capitalisme contemporain.


La guerre des deux France

… de Jacques Marseille paru chez Plon

En quelques mots :

Les français sont experts dans la déploration et l’autoflagellation. Depuis trente ans, ils sont persuadés que leur pays est en berne.

C’est pourtant le tableau d’une autre France que brosse ici Jacques Marseille, en s’intéressant aux réalités concrètes et à la longue durée plutôt qu’aux impressions superficielles. Depuis 1973, les français ont gagné sept ans de vie, leur pouvoir d’achat a doublé et leur fortune triplé. Grâce à quoi ? A la France qui travaille, produit mieux que ses concurrents et vend de plus en plus au monde entier.

Comment expliquer le sentiment de malaise qui déprime la société française ? C’est que, en fait, celle-ci est affaiblie par un État vorace et imprévoyant, les syndicats qui compensent leur faiblesse numérique par une culture de la surenchère et un système éducatif aux performances moins que brillantes.

Dans un pays qui n’a plus grand-chose à voir avec celui de 1973, ce sont bien deux France qui s’opposent. Et l’exception française, ce n’est rien d’autre, au fond, qu’une France « du front » qui doit supporter le conservatisme d’une France « de l’arrière ».

Jacques Marseille , professeur à la Sorbonne, dirige l’Institut d’histoire économique et sociale. Il a publié une « Nouvelle histoire de la France » qui fait autorité. Son dernier ouvrage « Le Grand Gaspillage » est un best-seller qui n’en finit pas d’alimenter le débat sur la nécessaire réforme de l’État.


La face cachée du 11 septembre

… d’Eric Laurent paru chez Plon

En quelques mots :

Pour la première fois un livre dévoile les mensonges et les silences officiels qui entourent encore la tragédie du 11 septembre. Un an d’enquête a conduit l’auteur notamment aux États-Unis, au Pakistan, à Dubaï, au Qatar, en Israël et jusqu’aux montagnes de Tora Bora, dernier refuge de Bin Laden en Afghanistan.

Enquête minutieuse, parfois dangereuse, qui révèle la face cachée du 11 septembre.

  • Pourquoi Oussama Bin Laden n’est-il toujours pas inculpé par les responsables américains pour les attentats du 11 septembre ?
  • Pourquoi la CIA qui surveille en permanence les marchés financiers n’a-t-elle pas détecté le plus grand délit d’initiés de l’histoire qui a précédé le 11 septembre ?
  • Quelle est la véritable identité des pirates de l’air ? Cinq d’entre eux ont usurpé celles de personnes toujours vivantes.
  • Quel est le rôle exact joué par les services secrets du Pakistan ? Et que penser de l’Arabie Saoudite, de ce royaume dont trois princes ont connu une mort mystérieuse à la suite du 11 septembre ?

Les informations recueillies dans ce livre, les faits troublants, les contradictions et les manipulations avérées battent en brèche les vérités admises. La tragédie du 11 septembre n’a pas encore épuisé tous les secrets inavouables.

Eric Laurent , grand reporter, spécialiste de politique étrangère, est l’auteur de plusieurs Best-sellers, dont « La Guerre des Bush », et « Le Monde secret de Bush ». Le film qui a été tiré de ces deux livres, « Le monde selon Bush », a connu un très grand succès au cinéma et à la télévision.


La Croissance ou le chaos

… de Christian Blanc paru chez Odile Jacob

En quelques mots :

Relever la France : c’est à cet immense défi que ce livre veut répondre. 
C’est par la croissance que tout peut et doit commencer.

Sans croissance, aucun accompagnement social ne pourra sortir les banlieues de l’ornière.

Sans croissance, les espoirs de promotion sociale disparaissent. 
Sans croissance, inutile d’espérer rompre avec la spirale du déficit ou rembourser la dette.

L’alternative est donc simple : soit la France renoue avec la croissance, soit elle sombre dans le chaos.

Le rôle de la puissance publique, aujourd’hui, c’est de créer les conditions pour que les entreprises innovantes naissent, croissent, s’épanouissent et redynamisent l’économie française.

Il est urgent de réformer pour rendre plus efficaces la recherche, l’Université et l’innovation.

Christian Blanc nous donne ici des idées et des propositions concrètes pour conjurer le mal français.

Christian Blanc a été préfet, a rétabli la paix en Nouvelle-Calédonie, a dirigé la RATP et Air France, qu’il a sauvé. Il a créé « L’Ami public », un club qui mène une réflexion sur la réforme de l’État et la modernisation sociale. Depuis 2002, il est député des Yvelines.


Islamistes : Comment ils nous voient

… d’Anne Nivat paru chez Fayard

En quelques mots :

L’occident tremble. Qui se cache derrière ces voiles et ces barbes ? Qui sont ces musulmans du Pakistan, d’Afghanistan et d’Irac ? Savent-ils vraiment comment nous vivons ? Comment nous voient-ils ? Que connaissent-ils de nous hormis nos armes, nos télés, nos mœurs ?

Anne Nivat est partie, seule, dialoguer avec les mollahs des medressah du Pakistan, accompagner les Taliban d’Afghanistan, rencontrer les moudjahidin irakiens. Tous combattants de l’islam et « adversaires » de l’Occident.

En route, loin des grands hôtels d’Islamabad, de Kaboul ou de Bagdad, loin des zones protégées par les armées occupantes, elle a pris le temps de s’arrêter dans des familles, écartant le rideau du quartier des femmes, inaccessible et secret.

Ce livre nous alerte sur l’Occident qui attire mais effraie. L’incompréhension s’est déjà installée et le fossé se creuse : là-bas, comme chez nous, on vit de stéréotypes, de fausses idées. On subit les images, les discours, la propagande. Si personne n’y prend garde, le « choc des civilisations » finira par prendre le dessus.

Grand reporter basée en Russie depuis huit ans, Anne Nivat a couvert le conflit tchétchène. En 2000, son expérience de la guerre lui a valu le prix Albert-Londres pour « Chienne de guerre » Fayard. Depuis les attentats du 11 septembre, elle arpente en toute indépendance les théâtres d’opération les plus dangereux, en Asie centrale, en Afghanistan, en Irak. Elle est l’auteur de nombreux livres, dont « Par les monts et les plaines d’Asie centrale ».


Du bon usage de la guerre civile en France

… de Jacques Marseille paru chez Perrin

En quelques mots :

« ÇA VA PÉTER ! »

Ce pressentiment qu’expriment à longueur de conversation les français démontre qu’ils connaissent leur histoire de France.

Des Jacqueries médiévales aux guerres de Religion, de la Fronde aux guerres de la Révolution, des journées de juin 1848 aux massacres de la Commune, du désastre de 1940 au « suicide » de la IVe République en 1958, la guerre civile a bien été le moteur de notre histoire et notre façon d’accomplir les « ruptures ».

De Charles V à Henri IV, de Louis XIV à Bonaparte, de Napoléon III à Charles de Gaulle, elles ont accouché de ces hommes hors du commun qui savent, plus que les autres, prendre le pouls de leur peuple et forcer son destin.

En historien, Jacques Marseille nous permet de comprendre les enjeux de ces guerres civiles, d’éclairer celle qui, larvée, se déroule sous nos yeux et d’en comprendre les probables issues. Entre compromis mous, nouvelles désillusions et « rupture » franche avec un modèle qui appartient au passé, les français devront rapidement choisir. Nul doute que cette « leçon » magistrale d’histoire les y aidera.


Des fleurs en enfer

… de Luc Adrian paru chez Presses de la renaissance

En quelques mots :

Au cœur du Bronx, quartier sinistré de New York, une Fraternité franciscaine a choisi de mener une vie évangélique radicale, selon la règle de François d’Assise. Engagés auprès des plus pauvres, partageant leurs conditions de vie, leur détresse, leurs drames et leurs joies, quelques frères franciscains permettent à l’espoir de renaître.

Cachant sous leur robe de bure des trésors de tendresse, ces prophètes d’un temps nouveau redonnent courage et fierté à des êtres ravagés par le malheur mais luttant toujours pour rester debout.Dans l’esprit des Fioretti de Saint François, cet ouvrage magnifique montre avec pudeur comment l’amour et la compassion peuvent fleurir au cœur de l’enfer. Textes et photos composent à petites touches un portrait émouvant de cette communauté urbaine oubliée des hommes, mais qui se souvient de Dieu.


Le rapport de la CIA : Comment sera le monde en 2020 ?

… d’Alexandre Adler paru chez Robert Laffont

En quelques mots :

Il vaut mieux ne pas croie aveuglément Michael Moore : la classe dirigeante actuelle des États-Unis n’est pas composée de brutes analphabètes incapables de saisir les complexités du monde… Pour s’en convaincre, il suffit de lire ce rapport produit par le conseil national du renseignement américain (National Intelligence Council) pour la CIA.

Un texte dense, articulé et subtil qui propose un examen en profondeur de grandes tendances du monde de demain. Dans tous les domaines – politique, économique, environnement, religion, terrorisme -, c’est une réflexion passionnante sur les forces et sur les dangers en même temps qu’un ensemble très précis d’indications qui orienteront la politique des États-Unis dans les prochaines années…

C’est pourquoi il nous faut examiner sans passion ni préjugés cette « cartographie du futur » dont nous n’avons pas l’équivalent aujourd’hui en Europe.

Le terrorisme va-t-il s’amplifier ? Verra-t-on l’effondrement de l’hégémonie américaine ? Les pleins pouvoirs iront-ils à l’Asie ?

S’appuyant sur des sources et des hypothèses extrêmement sérieuses, les auteurs se livrent à de tes réalistes scénarios de politique-fiction. Ainsi la lettre du petit-fils de Ben Laden à sa famille proclamant l’instauration d’un nouveau Califat ou le dialogue sous forme de SMS entre trafiquants d’armes nucléaires et chimiques…Ce rapport, écrit par vingt-cinq experts internationaux sur la base de données jusqu’ici secrètes, nous dit comment sera le monde en 2020.